Publié par : voilierthelonious | 1 octobre 2015

Thélonious fait peau neuve…

Ça y est, l’été approche et la saison cyclonique qui l’accompagne. Nous quittons la Martinique fin juin pour descendre vers le sud. Nous profitons de cette période pour faire un bon arrêt technique sur notre navire.

Première étape, Béquia. Nous ferons le transit de nuit, plus confort pour les enfants et surtout pas de soleil. Les Uv sont vraiment puissants à cette époque, nos petites peaux de Bretons apprécient moyennement…

On enchaîne sur une escale sympa à Canouan puis Chatam Bay. On nage, on plonge, on marche. Nous profitons à fond de ces beaux endroits car à suivre c’est un bon mois de chantier qui nous attend.

Début juillet nous voici sur Carriacou, c’est ici que nous devons sortir notre bateau au chantier de Tyrell bay. Nous avons fait le choix de cet endroit pour plusieurs raisons.
Petite structure, population très sympathique, environnement charmant, belles ballades environnantes, superbe plage autour du chantier, bien agréable pour la baignade de fin de journée ! Toute ces petites choses font que ça change radicalement des autres chantiers de la zone, le plus souvent dans des grandes zones industrialisées, ou au fin fond d’une mangrove loin de tout avec les moustiques et les fourmis comme voisins !

 

004

 

016

07/07, sortie d’eau, Thélonious et dans la darse sangle à poste. La manutention est bien rodée, le personnel pro et sympa. Quelques minutes plus tard le voilà posé à terre pour une session Kartcher, ensuite à moi de jouer.
Toute la bande molle sous la quille et vieille, abîmée, corrodée. Il est nécessaire de la déposer. Quelques heures plus tard à coup de pied de biche, meulage, tronçonnage voilà toute notre quille débarrassée d’une centaine de kilo de vieille tôle rouillée. Après nettoyage, le dessous de quille est intact, première bonne surprise !

 

023

 

024

Maintenant, changement d’ambiance, il faut gratter toutes les couches d’antifouling pour arriver jusqu’au gelcoat, il doit y en avoir 7 ou 8, oups ! Là, pas d’outil magique, le meilleur des outils et un petit grattoir tranchant de 8cm de large pour la dizaine de M2 que représente la carène. C’est long, pénible, usant, traumatisant mais ça avance. 5 jours plein seront nécessaire pour arriver au résultat escompté. Là, encore pas de mauvaise surprise, on découvre que la carène avait déjà reçu un bon traitement époxy qui est encore intact. Il sera sur-couché de 2 nouvelles couches de peinture époxy.

 

033

 

042

Nous profitons également de cet arrêt pour changer nos vannes et passes coques en préventif. La bague hydrolube de la ligne d’arbre sera elle aussi remplacée, l’arbre et l’hélice contrôlé.

Place maintenant au ponçage, youpi ! On commence par la carène. Nelly et Jacques du voilier Bohème viennent gentillement me porter main forte. 2 jours plus tard la carène est prête à être mise en peinture. Dégraissage, dépoussiérage et c’est partis pour 2 bonnes couches d’époxy. La vue de la carène fraîchement peinte donne un bon coup de motivation pour le reste du chantier.

 

035

 

043

 

046

C’est maintenant le tour des œuvres mortes. C’est repartit pour un cycle de ponçage, dégraissage, dépoussiérage, 4 jours. On y va pour une couche d’apprêt époxy et 2 couches de laques polyuréthane. Ça y est, Thélonious à changé de couleur !

 

059

 

063

 

074

 

C’est au tour du carénage, un épisode pluvieux nous permet de souffler pendant 2 jours.
Nous sommes en saison des pluies mais à vrai dire on est plutôt assommés par le soleil que par les trombes d’eau ! 2 couches d’antifouling plus tard on termine les petits remontages et on commence à préparer la mise à l’eau.

03/08, c’est le jour de la mise à l’eau, 4 semaines après notre arrivée. Nous sommes fatigués mais contents de rejoindre les copains au mouillage. Thélonious est tout propre, on a hâte de naviguer avec cette carène toute lisse.

 

Super Lucy qui vient déposer des fruits frais de son jardin chaque matin pour les enfants. Encore merci Lucy!

Super Lucy qui vient déposer des fruits frais de son jardin chaque matin pour les enfants. Encore merci Lucy!

 

Fin de chantier!

Fin de chantier!

En route pour 3 semaines de croisière vers la Martinique…

Publié par : voilierthelonious | 1 juin 2015

Thélonious en Martinique

Reine de carnaval, Le Robert.

Reine de carnaval, Le Robert.

 

Yole ronde, baie du Robert.

Yole ronde, baie du Robert.

 

 

Nous effectuons notre arrivée au marin, papiers d’entrée, gaz, plein d’eau, laverie et un bon plein de provisions françaises. C’est vite fait, bien fait.
Comme nous devons retrouver la famille, nous avons décidé de naviguer à la côte au vent, sous la barrière de corail, bien abrité de la houle atlantique.
Les conditions météo sont vraiment bonnes, alors, on se presse et route vers le Vauclin.
Les locaux sont surpris mais contents de voir un bateau de voyage dans leur petit port de pêche. Louise s’occupe de charmer les pêcheurs avec un jargon que personne ne comprend mais qui fait beaucoup rire… Nous on se demande si le lendemain on pourra sortir du port, en effet, il n’y a pas beaucoup d’eau. Depuis que nous avons un dériveur nous sommes devenus très joueurs par rapport aux hauteurs d’eau ! Ça passe, en brassant un peu de vase.
On appareille vers les fonds blancs de l’îlet Thierry , Chancelle et Madame.

 

Mouillage ilet Chancelle.

Mouillage ilet Chancelle.

 

DSC_0194

Toutes les journées sont animées par les touristes qui défilent sur les yoles à moteur, puis vers 16h c’est le désert, le calme règne, les oiseaux, la mer et puis… c’est tout.

 

Mouillage ilet Madame.

Mouillage ilet Madame.

 

056

 

064
C’est dans la baie du Robert que nous retrouvons la famille venue nous rendre une petite visite. Ça fait du bien de changer de rythme, de parler de la Bretagne…
On continue la remontée vers la baie du trésor, là, c’est la mangrove qui nous attend, un bel endroit très préservé, beaucoup de sentiers de randonnée et un soleil omniprésent. Oulala, il fait chaud mais on est content, c’est vraiment un bel endroit, « Presqu’ile de la caravelle, tu nous fait craquer. »

 

Mouillage baie du Trésor.

Mouillage baie du Trésor.

 

Baie du trésor.

Baie du trésor.

 

Côte Atlantique vu de la presqu'île de la caravelle.

Côte Atlantique vu de la presqu’île de la caravelle.

Le coup de la panne,

on lance le moteur, il part en survitesse, WAOUHH, mais que se passe t’il??? On arrive a stopper en étouffant au filtre à air. Cela fait vraiment bizarre, les secondes paraissent interminables, le bruit insupportable, le nuage de fumée noir opaque… Ça fait mal…

 

Démontage de la pompe à injection.

Démontage de la pompe à injection.

 

Après investigations, il s’avère que la crémaillère de la pompe à injection est bloquée. Pas terrible comme nouvelle, c’est une pièce maîtresse et très coûteuse…
Nous avons des obligations le lendemain, alors route à la voile sur le Robert. Heureusement, de ma poche, j’ai sorti mon mécanicien préféré…
Après avoir épluché la doc d’atelier du moteur, c’est parti pour un démontage à cœur ouvert. Ça y est, le diagnostic tombe. Ressort de rappel du piston plongeur cassé en 3 morceaux, ouf, cela aurait pu être beaucoup plus méchant et surtout beaucoup plus couteux.

 

Vérification avant remontage...

Vérification avant remontage…

Le lendemain, les pièces sont commandées, impossible à trouver sur place dans des délais raisonnables, alors, on passe commande chez Kubota en Angleterre, 2 semaines d’acheminement. Le technicien conseille de changer les 4 ressorts par précaution, David est OK, cela évitera également un déséquilibre entre les ressorts.
Les pièces arrivent par la poste chez une amie à Tartane.
Le lendemain le puzzle est remonté. Attention, on lance, Yes ! Ça tourne comme une horloge. Bravo Doudou…

 

040

On sort les pinceaux :
Cela fait déjà quatre ans que nous sommes propriétaires de notre fier navire. Il faut préciser qu’après s’être séparé de notre ancien bateau en acier, on en avait assez de peindre, tous les ans. Là on ne peut plus repousser, les peintures sont moches, ternes, il faut s’y mettre.

 

Au boulot!

Au boulot!

C’est à Spoutourne que notre chantier va se dérouler, les pitons du carbet en arrière plan, le spot de surf à 2 pas, il y a pire comme endroit ! Pour le coup, on s’équipe d’un petit groupe électrogène permettant d’alimenter les outils électroportatifs et c’est parti, ponceuse, poussière, peinture.
On refait le pont, le cockpit puis les peintures intérieures, les hublots de roof sont également remplacés,(c’est bien de voir dehors), quel confort…

 

050

 

Couture sur le lazybag.

Couture sur le lazybag.

Voilà, au bout d’un mois non stop, le canot est bien propre au dessus.
Merci Jeannette d’être venue t’occuper des enfants et merci Rachel de nous avoir fait garder ta maison.
Une belle combinaison de coïncidences qui nous on fait avancer d’un joli pas.

Ca y est tout beau tout propre...

Ca y est tout beau tout propre…

 

DSCF1477

 

rivière blanche, coeur Bouliki.

rivière blanche, coeur Bouliki.

 

Sud Martinique.

Sud Martinique.

 

En route vers la montagne pelée.

En route vers la montagne pelée.

 

Sainte Marie.

Sainte Marie.

 

Vieux Ficus

Vieux Ficus

Qui dit bateau, dit occupations, le dessus est beau, alors qu’est ce qu’il nous reste ?  le dessous. Nous n’avons pas encore toutes les données pour la suite mais c’est en cours de discussion. On parle de Carriacou, à suivre…

 

Piton crève coeur.

Piton crève coeur.

 

Ça progresse!

Ça progresse!

Publié par : voilierthelonious | 23 mai 2015

Les Grenadines

Tobago est dans notre sillage, que de bons moments passés à Charlotteville, là bas, le temps passe vraiment comme une ombre…

 

Saline Island

Saline Island

Nous ferons route avec nos copains allemands du « Inti ». Navigation à vu toute la nuit pour une arrivée au petit matin dans le beau mouillage désert de Saline Island.
Nous nous étions promis de repasser dans ce mouillage de rêve, fonds préservés, poissons, langoustes, tout pour jouer au Robinson pendant plusieurs jours. L’équipage du « Inti » est conquis, on se fait un super snorkeling la première journée avec les 2 annexes, 1 en amont du courant l’autre à la sortie du chenal. Il ne reste plus qu’a se faire porter par le courant en multipliant les apnées, vraiment une belle plongée.

 

002

 

019
Nous passerons notre réveillon de noël dans ce bel endroit. On se demande toujours pourquoi il n’y a personne dans ces chouettes coins, peut être les quelques milles de louvoyage pour y accéder ?

 

102

 

079

Il est temps de rejoindre Cariacou plus au nord pour une session appro. Quelques jours sur Tyrell bay, cambuse, internet, lessive, ballade puis nous filons sur Union dans le vaste mouillage de Chatam bay.

 

Saline Island vu de Carriacou

Saline Island vu de Carriacou

 

White Island, sud Carriacou

White Island, sud Carriacou

 

Campagne Carriacou.

Campagne Carriacou.

 

Union Island vu de la côte au vent de Carriacou

Union Island vu de la côte au vent de Carriacou

 

Petit St Vincent et Petite Martinique vu de Windward Carriacou

Petit St Vincent et Petite Martinique vu de Windward Carriacou

Les derniers jours de l’année seront très venté, un alizé frais s’installe pour plusieurs jours ce qui nous oblige à naviguer très peu toilé, cela faisait bien longtemps…

 

Chatam bay, Union Island.

Chatam bay, Union Island.

 

Prairie Chatam bay

Prairie Chatam bay

 

Fou, Chatam bay

Fou, Chatam bay

On commence notre remonté vers la Martinique en saut de puce pour retrouver le papa de Vanessa. Fini les longues navigations, on passe d’île en île, navigation à la journée c’est confort même si le vent est toujours soutenu.

 

Tortue imbriquée

Tortue imbriquée

Aprés Mayerau, Canouan, Béquia, Saint Vincent, Sainte Lucie nous voici bien arrivée en Martinique.
A nous bon pain, fromage, cochonaille et autres petits plaisirs…

Publié par : voilierthelonious | 13 janvier 2015

Tobago

C'est dans ce genre de moment que l'on est content d'être en mer...

C’est dans ce genre de moment que l’on est content d’être en mer…

 

Charlotteville

Charlotteville

 

Retrouver un endroit ou nous sommes passés il y a quelques années, c’est désormais ce que nous allons faire jusqu’en Guadeloupe.
Changé, pas changé, c’est le jeu après chaque débarquement, alors comment tu trouves ?
Mais l’arrivée dans Man of war Bay me fait monter les larmes aux yeux tellement je trouve cet endroit d’une pure beauté.
Souvent, quand on garde une image d’un endroit, d’une personne, on en gomme très rapidement les défauts et le souvenir demeure embellit. Eh bien là non, c’était encore plus beau que de mémoire il m’en restait.
C’est vert, c’est bleu, c’est beau tout cela sur fond de reggae music…

 

054

 

049

 

165

 

031

 

IMG_6088

 

014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié par : voilierthelonious | 18 novembre 2014

Suriname

 

012

Le Thélo, au mouillage de Domburg...

Le Thélo, au mouillage de Domburg…

 

Dombourg, (Suriname river).

On nous a souvent parlé du Suriname comme une bonne escale, en tout cas par les navigateurs qui y avaient fait relâche. Bizarrement chez les frenchies ce pays n’a pas bonne réputation, allez savoir pourquoi !

Cette fois ci, nous avons décidé de nous y arrêter, un petit club nautique tenu par des Hollandais à Domburg nous accueille.

 

Le village de Domburg

Le village de Domburg

 

La place centrale.

La place centrale.

 

Les bateaux taxi

Les bateaux taxi

Il y a toutes les facilités à terre, tout est pratique et bon marché. Cela faisait un moment que nous n’avions pas eu autant de confort à proximité du bateau. C’est bien agréable pour toute la famille.
Les formalités d’entrée sont expédiés en 15 minutes à Paramaribo la capitale du pays, nous avions déjà pris notre carte touristique à St Laurent du Maroni, il ne nous restait que le passeport à tamponner à l’arrivée. Ici, pas de passage à la douane, donc un bureau de moins.

 

Le palais présidentiel

Le palais présidentiel

 

Le pont qui enjambe Suriname river.

Le pont qui enjambe Suriname river.

 

Port de pêche, Paramaribo.

Port de pêche, Paramaribo.

 

Après avoir pris connaissance des escapades possibles dans le pays, nous décidons de partir pour 3 jours à l’intérieur du pays dans le Brownsberg natural park. (3 heures de route avec notre petit 4X4 loué pour l’occasion) . On termine le parcours par 1 heure de piste (heureusement en très bonne état à cette saison) pour rallier le cœur du parc, en pleine forêt primaire, perché sur un plateau à 500m d’altitude avec une vue à couper le souffle sur le grand lac.

 

La vue sur le lac

La vue sur le lac

 

237

 

176

 

Partout la forêt...

Partout la forêt…

 

Nous nous installons dans le grand carbet dans un cadre magnifique. A peine nos hamac à poste, on part en ballade. Nous sommes impatients de découvrir les premiers sentiers.

 

Hamacs à poste sous notre carbet.

Hamacs à poste sous notre carbet.

 

 

Dans cette réserve, les sentiers sont bien balisés, permettant de partir en forêt sans guide.
On informe de notre départ pour une marche puis on fait de même à notre retour. On est bien prudent désormais après notre aventure guyanaise !

 

063

 

La canopée.

La canopée.

 

057

 

Les différentes ballades sont superbes, diverses et variées, menant vers un point de vu ou une cascade… On en prend plein les yeux, les enfants également ont l’air subjugués par tant de nature si pure. La canopée à cette période est dense, colorée par une multitudes d’arbres en fleurs.

Chaque fin de journée, de retour au camp, la vue sur le lac invite à la contemplation. Les lumières de fin de journée sont du plus bel effet.

 

246

 

186

 

152

 

069

 

136

Brownsberg aura été pour nous un grand bol de nature, de fraîcheur et de quiétude. Merci dame nature.

 

033

 

042

De retour à bord, il est temps de penser à la préparation de notre prochaine navigation vers Tobago. Plein d’eau, gros approvisionnement…

 

Vraquier remontant le fleuve pour charger de la Bauxite. Une des richesse du pays...

Vraquier remontant le fleuve pour charger de la Bauxite. Une des richesse du pays…

On gardera un très bon souvenir de cette escale surinamaise, le sourire et la gentillesse des locaux. Ici c’est tout une population multiculturelle qui cohabite en toute simplicité. Il est fréquent de voir un temple hindouiste non loin d’une mosquée ou encore d’une église ou d’une synagogue. Chacun semble respecter la culture de son voisin , chose rare aujourd’hui. En tous cas, cette ambiance se sent dés les premiers instants et c’est très agréable.
Si on avait su, on y serait venu plus tôt, plus longtemps, mais là… la baignade et l’eau claire , ça démange un peu trop, alors route pêche !!!!

 

032

 

031

 

Parfois il y a quelques grand trou dans la forêt!

Parfois il y a quelques grand trou dans la forêt!

Publié par : voilierthelonious | 22 octobre 2014

Escale Guyanaise

Nous avons passé,six mois au ponton des Balourous à Kourou.
Cela nous a permis de faire pousser nos enfants et aussi de nous échapper de temps à autres au travers du département.
Voici quelques une de nos escapades :

 

 

La ponte de tortues Luth et Olivâtre à Cayenne :
C’est la chose la plus incroyable que nous ayons vus de notre vie.
Les tortues Luth pèsent environ 500kgs, leur respiration est impressionnante, respect à cette créature tout droit sortie du fond de l’océan pour la reproduction de son espèce.
Bon, en attendant c’était un peu gênant de se retrouver là, à assister en groupe à tout cela, alors que ces animaux apprécieraient bien un peu de tranquillité pour pondre peinard !
Quelques mois plus tard, ce fut l’émergence des bébés. Tous les jours, ce sont des centaines de bébés qui sortent du nid pour à leur tour rejoindre l’océan.
C’était chouette et trop mignon. N’hésitez pas à regarder les sites dédiés à ces animaux, plusieurs associations militent pour leur préservation.

tortue luth preparant son nid

Plage de Cayenne, un des lieux de ponte.

Plage de Cayenne, un des lieux de ponte.

 

C'est là, que chaque nuit elles débarquent...

C’est là, que chaque nuit elles débarquent…

 

Kourou, belle escale musicale.
A notre arrivée au ponton bon nombre d’instruments circulent. Seb à la guitare, accordéon, voix. Bruno à la contrebassine, et moi même à la clarinette. On embraye vite sur un répertoire de chants de marins, Brassens et bien d’autre.
Seb, lance l’impulsion et on se retrouve vite à participer à de petits concerts sur Kourou et ses environs. Les FMR sont nés. Que de bons moments partagés…

Affiche iguarapinga

 

 

 

 

La mangrove un joyau pour les naturalistes.
Nous n’y connaissons pas grand chose mais on peut comme même apprécier et regarder tout se qui s’y passe, ou s’y pince.
Effectivement, notre bateau est comme qui dirait envasé, englué à marée basse à une dizaine de mètres des premiers palétuviers. Bon , la vase c’est crado, mais ce qui y vit vaut vraiment le détour. Havre de paix pour une multitude d’espèces, certaines d’entre elles ont bien voulu poser pour nous.Comme on aime partager, on vous laisse apprécier le spectacle.

 

075

052

026 (2)

024 (2)

 

 

PK5, (point kilométrique). Route du degrad saramaca.
Il faut dire que la température ne descend jamais sous 30degrés, par contre,monte quotidiennement à 38 degrés à l’intérieur du bateau. Alors quand on nous dit que beaucoup de personnes recherchent des gardiens pour occuper leur logement durant leur vacance, nous on dit banco.
C’est comme cela que nous nous retrouvons à vivre à la campagne, dans la savane. On retrouve le confort d’une maison toute équipée. Moi, je m’amuse à récolter les cocos dans le jardin et apprends à les fendre pour en boire l’eau. Les enfants, eux, courent partout et s’éclatent sur la grande terrasse. On y verra le lancement d’une Ariane V dans des conditions exceptionnelles.

 

Guyane juillet2014 091

Matoutou sur le canap, on finit par s'habituer!

Matoutou sur le canap, on finit par s’habituer!

 

 

La forêt omniprésente.
Elle est partout, on y passe quand on se rend à Cacao. Aussi, on utilise souvent les sentiers balisés de la montagne des singes et la ronde de la rorota. Heureusement que ces sentiers sont très bien entretenus.
Bon, on vous l’avoue, nous nous sommes perdu dans la grande forêt alors que nous étions partis en groupe en weekend dans un carbet au bord du fleuve Kourou.
On aime bien la ballade, alors on est partis faire une petite boucle d’une demi heure, sans eau, ni machette. Là, quand il a fallut retourner sur nos pas, on a plus rien vu qui ressemblait à un layon. Nous étions sur des traces d’animaux sûrement.
Ensuite, on a fait tout ce qu’il ne fallait pas, pris de panique nous sommes partis à travers la forêt comme si on coupait à travers champs !!! Mais là non, fallait pas !!! Tout est pareil, devant, à droite à gauche , aucun signe distinct. Le soleil toujours au Zénith nous a juste prévenu que le temps passait.
Après trois heures de stress et de hurlements pour retrouver nos amis et le carbet on a fini par entendre leurs voix qui nous ont guidées jusqu’au campement. Vraiment nous avons eu très très peur, pendant tout ce temps Iwan et Louise dormaient confortablement sur nos dos. Les jambes écorchées par les épines et branchages nous sommes rentrés tout retournés de cette aventure.
Personnellement je n’ai jamais eu si peur de toute ma vie. Désormais, on connaît quelques techniques pour s’y retrouver, car après coup on s’est renseigné.
Alors, que nous sommes de nature prévoyante nous nous sommes retrouvés dans une bien mauvaise position. Renseignez vous avant de partir, même un tout petit tour, vous ne serez jamais assez prudent. La forêt c’est un univers qu’il faut apprendre à connaître avant de s’y aventurer.

 

Guyane juillet2014 075

Guyane juillet2014 084

 

septembre 14 (32)

 

Carénage départ de Kourou

Carénage départ de Kourou

 

Mouillage îles du Salut

Mouillage îles du Salut

 

Le ponton de Kourou

Le ponton de Kourou

 

051

 

029

Publié par : voilierthelonious | 12 avril 2014

Transat, Brava/Guyane Française

DSC03157

La transat, cela aura été 13 jours de mer…

Une douzaine de cargos croisés, 13 levers et couchers de soleil, une lune croissante puis décroissante, des centaines de poissons volants, des dizaines de méduses à voile, un groupe de dauphins, une dorade coryphène, 2 thazards, 3 thons, de belles journées de spi, des prises et des lâchés de ris…

DSC03161

Vas y ludo, on a faim!

Vas y ludo, on a faim!

DSC03138

 

Une arrivée pile en milieu d’apm sur les îles du salut. Ça c’est du timing !

On affale la GV, on est prêt pour aller se dégourdir les gambettes, la vedette de gendarmes maritimes nous fait signe de s’approcher.

Atterrissage île du Salut

Atterrissage île du Salut

Dommage! on repart route sur Kourou

Dommage! on repart route sur Kourou

On nous demande de rallier Kourou immédiatement, lancement d’une Ariane dans 4h. Nous sommes dans une zone de « no man’s land ».
Pas de bol! On pensait se faire un atterrissage en douceur sur les îles, on se retrouve sur le fleuve Kourou face à cette ville artificielle qui à bien changé depuis notre dernier passage…

Nous sommes content d’être bien arrivée, tout c’est vraiment bien passé sur ce parcours…

Ludo vient de nous quitter, il continu son périple en Amérique du sud à pied cette fois.

Merci pour ces bons moments, ta bonne humeur, tes talents de pâtissiers et pour tout le reste… Bonne route à toi.

DSC03150

 

Publié par : voilierthelonious | 12 avril 2014

Sao Vicente, San Antao, Brava.

 

Mindelo

Mindelo

 

Le dépaysement n’est pas saisissant, Mindelo vit plus ou moins à l’européenne. Il nous faudra marcher vers les petits quartiers à la recherche de Batoukada pour sentir l’ambiance du pays.

 

Marché au légumes

Marché au légumes

 

Marché au poisson

Marché au poisson

 

Nous sommes à 2 semaines du carnaval, la ville est en ébullition. Tous les jours répétitions des différents groupes, préparation des chars, costumes, etc…

Le monte verde

Le monte verde

 

La baie de Mindelo

La baie de Mindelo

 

Nous venons de prendre contact avec notre copain Alain de presqu’île de Crozon. Il vit maintenant sur San Antao, dans la montagne, avec Lucie sa femme originaire de l’île. Il vient de monter une petite auberge pour les randonneurs de passage.

La maison d'Alain et Lucie. San Antao.

La maison d’Alain et Lucie. San Antao.

 

La vue depuis chez Alain.

La vue depuis chez Alain.

 

Nous laissons notre Thélonious au mouillage et partons en compagnie de 2 autres équipages pour 3 jours de rando. 1 heure de ferry plus tard nous voilà à Porto Novo où nous attend Alain.
On arrive tant bien que mal à charger le pick up avec nos bagages, les 6 enfants, 6 adultes et Alain !
En route pour les hauteurs et la fraîcheur. Ça fait bizarre d’avoir froid aux pieds après le coucher du soleil. Seulement 12/13° la nuit, ça faisait longtemps…

2014-02-22_Sao Antao_116

2014-02-22_Sao Antao_104

2014-02-22_Sao Antao_018

 

On va en prendre plein les yeux pendant 3 jours. Un grand MERCI Alain pour ces magnifiques vallées découvertes en ta compagnie, les belles rencontres dans les villages ou dans la famille de Lucie.

En route pour la descente dans la vallée

En route pour la descente dans la vallée

 

2014-02-21_Sao Antao_047

2014-02-21_Sao Antao_034

2014-02-21_Sao Antao_120

2014-02-21_Sao Antao_091

2014-02-21_Sao Antao_128

2014-02-21_Sao Antao_136

2014-02-21_Sao Antao_137

2014-02-21_Sao Antao_149

2014-02-21_Sao Antao_153

2014-02-21_Sao Antao_162

Le précieux liquide

Le précieux liquide

 

2014-02-21_Sao Antao_169

Visite dans la famille de Lucie.

Visite dans la famille de Lucie.

Sao Antao_076

Sao Antao_074

Sao Antao_072

Sao Antao_088

Sao Antao_090

2014-02-21_Sao Antao_168

2014-02-22_Sao Antao_099

Sao Antao_062

2014-02-21_Sao Antao_008

 

Mindelo nous paraît un peu fade à notre retour. Il est temps de faire route. Nous souhaitons passer par Brava avant notre transat. Il y a 7 ans nous en avions gardé un souvenir fabuleux, le mouillage, les rencontres avec les locaux…

Bahia dos ferreiros

Bahia dos ferreiros

016

Et bien ça n’a pas changé ! Nous retrouvons des pêcheurs rencontrés au dernier voyage, des jeunes femmes avec des bébés maintenant… Tous les jours, on nous offre du poisson frais. Les enfants du village passent une bonne partie de la journée sur la plate forme du bateau ou dans notre annexe. Nous ferons de belles ballades en leur compagnie. Merci pour tous ces bons moments d’échanges…

009

DSC03025

DSC03029

DSC03030

DSC03033

DSC03034

DSC03042

DSC03086

DSC03046

DSC03054

DSC03095

DSC03097

DSC03098

DSC03111

DSC03067

 

DSC03064
Les habitants sont très paisibles en ces lieux reculés du Cap vert, cela faisait 6 mois qu’ils n’avaient pas vu de voilier dans ce mouillage…

Publié par : voilierthelonious | 17 février 2014

El Hierro ou le depart raté!

Faux départ ! Nous appareillons de Las palmas pour l’île de Sal au Cap Vert. Une douzaine d’heure plus tard en fin de nuit nous constatons un problème avec le régulateur d’allure, (c’est lui qui barre le bateau).

Le tube en inox sur lequel se fixe la pale immergée est complètement tordu à 90°. Oups ! Plus de pilote, Vanessa prend la barre, la mer est formée, 25/30nds de vent plein cul. J’analyse la situation, réparation impossible en mer. Il reste 6 jours de mer pour le Cap Vert, pas réjouissant de s’imaginer à la barre jusqu’à la fin du transit.

La pièce cassée

La pièce cassée

Après un point, l’île de El Hierro est encore jouable. On change d’allure, de voile d’avant, on se retrouve au travers pour rallier l’île à 100 milles de notre position. Nous y arriverons le lendemain en fin de nuit après s’être relayé à la barre avec Ludovic notre nouvel équipier qui a assuré jusqu’au bout. C’est bien appréciable une paire de bras en plus dans ce genre de situation… En plus d’être bon pâtissier, génial avec les enfants, c’est en plus un bon compagnon de route sur qui on peut compter.

Pour le coup, on se retrouve dans le super petit port de La Restinga au sud de l’île. Le matin même de notre arrivée, le capitaine du port nous indique un atelier de chaudronnerie où il serait possible de réparer la pièce. Il appelle le responsable, lui explique notre problème, le rdv est pris pour le lendemain matin à Frontera de l’autre coté de l’île.

Je trouve l’atelier sans soucis, ici tout le monde connaît Pedro. Il prend les choses en main dés mon arrivée, 1h plus tard me voilà avec une pièce neuve, renforcée, bien réalisée et ajustée. Merci Pedro ! Il me propose même de me raccompagner dans son 4×4 jusqu’à la petite gare routière à 2kms de chez lui, sympa !

On se retrouve à nouveau bloqué au port, ouf ya pire comme endroit pour attendre notre créneau. La météo se dégrade à nouveau pour les prochains jours. Nous aurons un bon 40nds au port pendant 3 jours. Une croûte de sel et de sable recouvre tout le bateau… Ça, j’aime pas !

35/40 nds, on est bien content d'être au port.

35/40 nds, on est bien content d’être au port.

Nous profitons de ce standby pour visiter une partie de cette magnifique île, sûrement une des plus préservée des Canaries.

008

052

014

Le village, El pinar

Le village, El pinar

DSC02455

DSC02483

DSC02487

DSC02509

DSC02510

DSC02461

DSC02513

Une fenêtre météo se précise pour les jours qui viennent. Nous sommes 5 voiliers en attente pour le Cap vert. Nous ferons route le 31/01 /14. Nous appareillons les un derrière les autres, c’est vraiment sympa. Un bon petit vent nous pousse dans la bonne direction, l’île est imposante en arrière plan. On est heureux de repartir en mer…

Départ en flotille

Départ en flotille

Voilà ce qui se passe quand on se fait doubler!

Voilà ce qui se passe quand on se fait doubler!

DSC_0418

Nous mettrons 6 jours pour rallier Mindelo sur l’île de Sao Vicente. Un transit sans problème dans de bonnes conditions. Nous aurons croisés quelques cargos dont un très proche, plusieurs groupes de dauphins, une baleine, quelques poissons volants. Nous retrouvons au mouillage « Mecktoub » arrivée 12h avant nous. Un bon repas à bord, une sieste, une grosse toilette et à nous Mindelo…

DSC02408

024

Publié par : voilierthelonious | 12 janvier 2014

Las Palmas, Gran Canaria

156

158

02/12/2013, Nous arrivons de la Graciosa après une navigation confortable mais peu venté. Marco & Gaëlle nous rejoignent pour une semaine de vacances. Un peu de soleil et de douceur au cœur de l’hiver c’est toujours bon à prendre.

015

055

042

Après les formalités, le port nous trouve un emplacement dans cette énorme Marina. Plus de mille places sont disponibles. A cette période, le port est quasiment complet, Las palmas est le carrefour de tant de routes maritimes, on croise tous types de bateaux, de nationalités en préparation pour une transat ou une descente sur le Cap Vert.

004

362

358

Nous découvrons la ville en même temps que nos hôtes. C’est grand, bruyant, pas vraiment joli. Bref, on se demande un peu se qu’on fait là ! Ah si, travaux sur le bateau, couture, achat de pièces de rechanges…

311

194

251

Ceci ne nous empêche pas d’aller visiter l’intérieur de l’île. On loue une voiture pour 2 jours et c’est partis. Surprise, c’est un peu long de quitter la périphérie de la ville mais arrivés au mirador de Cruz de Tejeda on en prend plein les yeux. Superbe vue sur le mont Teide de Tenerife, le roque Nublo quand à lui, domine le centre de l’île, majestueux.

027

031

033

Mais voilà, 1 semaine ça passe vite il est déjà temps pour nos invités de rejoindre la Bretagne.

Nous profitons de la semaine qui suit pour alterner ballades et travaux sur le bateau. Le temps se gâte, un coup de vent de sud est annoncé, le port est plein à craquer.

Les derniers bateaux viennent se mettre à l'abris

Les derniers bateaux viennent se mettre à l’abris

Pour d'autre ça se termine sur la plage. Il sera remis à flot à la marée du soir...

Pour d’autre ça se termine sur la plage. Il sera remis à flot à la marée du soir…

Désormais, c’est au tour de Jaja et Mich de nous rejoindre pour les fêtes de fin d’année. Il sont impatients de voir les petits qui ont bien poussés depuis les 6 derniers mois.

458

298

099

037 (2)

Nous ferons de belles ballades sur l’île, profiterons des bons produits locaux, du soleil et de la douceur de vivre. Avec des journées bien rythmées la semaine est également vite passée.

284

244

142

096

070

Pour nous, il est temps de préparer notre descente sur le Cap Vert. Nous accueillons notre équipier Ludovic qui va nous accompagner jusqu’en Guyanne Française. Ce coup de main sera bienvenu pour nous aider dans les navigations à venir… En plus il adore faire les pâtisseries !

Une délicieuse galette des roi. Merci Ludo!

Une délicieuse galette des roi. Merci Ludo!

Nous avons un peu revu notre plan pour le Cap Vert. On se retrouve maintenant à attendre le même créneau que nos copains du « Chintouna » . Nous avons donc prévu de faire la nav ensemble vers Palmeira sur l’île de Sal. Départ prévu Lundi 13/01/2014 pour 1 semaine de Nav.

Nous vous souhaitons une très bonne année 2014, plein de bonheur et de réussite dans vos projets.

A bientôt…

Older Posts »

Catégories